Petite virée à Shediac avec Marie et Renée

Je ne vous l’avais pas encore expliqué ? C’est grâce à Marie que j’ai pris contact avec la Fédération des jeunes francophones du Nouveau-Brunswick ! Elle tient la maison d’édition Bouton d’Or Acadie et, puisque je cherchais un stage dans la communication événementielle, elle m’a conseillé de contacter la FJFNB. Donc je voudrais lui dire encore une fois un grand MERCI !

Après deux mois passés ici, nous nous sommes enfin rencontrées (oui, bon, jusqu’à présent nous n’avions échangé que par mail). Accompagnées de Renée, nous sommes allées, entre deux averses de l’orage qui se préparait, chez Léo. C’est un dinner (comme qu’on dit ici… je vois trop comment je pourrais le traduire… c’est un petit peu un fast food). Et on a mangé des Fried clams (alors ce sont des coques frits avec des frites). Mmh un bon repas santé tiens ! En tout cas, après ça, j’étais bien pleine !

Fried clams

Fried clams

Fried clams avec Marie

Fried clams avec Marie

Ensuite nous sommes allées au quai de Grande digue. C’est un endroit très mignon ! On a cherché du verre poli par la mer pour la collection de Renée puis nous nous sommes baladées sur le sable humide de la plage.

Grande digue

Grande digue

Grande digue

Grande digue

Grande digue

Grande digue

Grande digue

Grande digue

Grande digue

Grande digue

Grande digue

Grande digue

Grande digue

Grande digue

Marie m’a montré des supers coins aux alentours de Shediac.

Puis retour à la maison ! Renée m’a offert deux livres : Quinze pour cent de Samuel Archibald et Les carnets de Douglas de Christine Eddie. Je me suis promis de les lire lors de mon retour en France, samedi (ça approche à grands pas…!).

C’était un moment très agréable et je regrette un peu que l’on ne se soit pas rencontrée plus tôt ! À refaire, ici ou ailleurs !

Publicités

Escapade en Amérique !

Ça y est ! Je l’ai fait ! J’ai passé la frontière américaine ! Encore une chose que je pourrai cocher sur « ma liste de chose à faire au pendant mon stage au Canada ».

En quatre jours, j’ai visité deux villes : Boston et Portland, traversé trois états des États-Unis d’Amérique : Maine, Vermont et Massachusetts et voyagé dans deux pays : le Canada et les États-unis ! C’était incroyable.

Gwen, Maud et moi avons loué une voiture puis une chambre à Portland. J’ai été agréablement surprise par cette ville. Je ne m’attendais pas à ce qu’elle soit aussi mignonne. Après quelques jours passés là-bas, je trouve que c’est une ville à taille humaine et tout le monde est très accueillant. Dans tous les commerces, on nous demandait d’où on venait ! À croire qu’on a un accent… Alors allez expliquer en anglais (of course) que vous êtes française mais que vous vivez au Canada et que vous venez visiter l’Amérique… Beaucoup trop de pays dans une même phrase !

Via Airbnb Gwen nous a dégoté une petite chambre toute mignonne à Portland sud. C’est assez sympa comme coin car c’est à la fois proche de la mer et très boisé ! En effet, notre chambre était située à 100 m de la mer (Papa va être jaloux !). Puis la ville, Portland, est à 10 min en voiture. Tout est à proximité !

Nos hôtes étaient vraiment extras ! Tous les matins, nous avions un petit déjeuner excellent (bon ok, autant ne pas vous mentir… y’avait un peu trop de cannelle…). Ils nous ont donné de supers conseils pour visiter Boston, Portland et les environs. C’était vraiment des gens sympas et généreux ! Ça me rappelle un peu l’accueil que j’avais eu à Plymouth en Angleterre.

P1120731

J’ai vu et fait tellement de chose que je ne sais pas par où commencer… Alors voici un modeste résumé :

Jour 1 : départ de Moncton à 9 h, arrivée à bon port vers 15 h (après s’être légèrement perdues…chut !)  : bonjour Portland ! Nous nous sommes baladées sur la plage sous la fine pluie (petit rappel du pays : VIVE LA BRETAGNE ANYWHERE !) puis nous sommes allées manger une méga pizza dans un méga restaurant (où il y avait 35 min d’attente) pour l’anniversaire de Maud. Lucky, elle aura fêté ses 20 ans aux USA ( et sans une goutte d’alcool… on attendra 21 ans) !

Les 20 ans de Maud

Les 20 ans de Maud

Les 20 ans de Maud

Les 20 ans de Maud

Portland sous la pluie

Portland sous la pluie

Portland sous la pluie

Portland sous la pluie

Jour 2 : 9 h, en route (toujours sous la pluie) pour Boston. On a tourné, viré… Sans savoir où se garer. Finalement on a décidé de placer la voiture en dehors de la ville puis de prendre le métro. Ici encore, les gens étaient supers sympas et nous ont gentillement guidé !

P1120567

Spectacle de rue, Boston

Spectacle de rue, Boston

Spectacle de rue, Boston

On s’est posé regarder un spectacle de rue. Enfin c’était plus du blabla que de la danse…

Puis on a suivi the Freedom trail. C’est une ligne rouge tracée au sol d’environ 4 km qui traverse Boston : on peut apercevoir les quartiers, les monuments et les bâtiments qu’il ne faut pas louper ! C’est vraiment une bonne idée car on a pu déambuler dans la rue sans avoir précisément préparer notre trajet dans la ville. Ça nous a bien guidé. Toutes les villes devraient avoir un chemin du même genre !

P1120570

P1120571

P1120574

The Freedom trail

On a aussi visité le campus de l’université d’Harvard. C’était assez étrange car on s’attendait à de gros panneaux… Peut-être qu’on a tout simplement pas trouvé l’entrée principale… !

On a rapidement cherché un étudiant pour nous présenter (gratuitement) le campus mais ils avaient fini leur études et on les voyait déménager. Dommage, certains les étudiants d’Havard était pas mal… Mouhaha !

Ça doit tout de même être assez étrange de vivre et d’étudier sur un campus où il y a des touristes tout au long de l’année !

Retour tranquille à la voiture : on a croisé de nombreux zombies. Non, je ne suis pas en plein délire… On a enfin compris qu’il y avait the zombie walk : des gens déguisées en zombies déambulaient dans la ville. C’était assez marrant ! J’aime assez les villes surprenantes, qui bougent !

The zombie walk

The zombie walk

Petit tour au port, quelques photos pour faire nos touristes… Bref, une super journée !

P1120609

P1120611

P1120615

On a repris la route direction Portland, pour rejoindre notre lit.

Au retour on a été prendre des photos de la ville depuis la rive sud de Portland : super joli !

Jour 3 : Motivée, on s’est levé à 4 h 30 (oui, oui, du matin !) ! Pourquoi faire ? Instant romantique, magnifique, idyllique, sympathique… nous avons été voir le levé du soleil (the sunrise). En sortant de la maison, j’ai été surprise par le jour qu’il y avait déjà… Le soleil se serait-il déjà levé ?!

Nous nous sommes placées sur une petite crique sur la côte Est pour apercevoir le soleil se lever.

C’était un peu nuageux… mais ça a donné quelques belles photos !

Levé de soleil, Portland

Lever de soleil, Portland

Levé de soleil, Portland

Lever de soleil, Portland

Levé de soleil, Portland

Lever de soleil, Portland

Je ne vais pas vous mentir : ensuite, nous nous sommes recouchées jusqu’à 9 ou 10 heures !

Petit déjeuner, départ pour la ville : nous avons réservé des places pour aller faire un tour de bateau et voir des baleines dans l’après-midi (2 votes contre 1 : moi j’aurai bien pris un vélo, le bateau puis circulé sur les petites îles autour de Portland… une prochaine fois !). En attendant nous avons flâné, fait les boutiques et goûté les meilleurs (à ce qu’il paraît) donuts chez Holy donuts !

The holy donut

Holy donut

Enfin : petit tour en bateau… Petit, petit… 4 heures c’était quand même un peu long ! Heureusement qu’il faisait beau ! Nous n’avons même pas vu de baleines… Mais nous avons obtenu un pass d’un an pour aller voir les baleines gratuitement ! Super n’est-ce pas ?! Surtout quand on habite pas la région…

Portland

Portland

Portland

Portland

Portland

Portland

Le soir, nous sommes allées s’amuser sur la plage à faire du light painting avec l’appareil de Gwen : vraiment sympa ! Tu sais-tu ce qu’est le light painting ? (en lien tu trouveras le compte flickr de Gwen, ma coloc) Ça consiste à prendre une photo pendant un long temps d’exposition tout en déplaçant de la lumière.

Jour 4 : réveil, rangement, route… un petit peu long ce retour, the Moncton’s come back !

J’ai adoré ce week-end ! À trois filles, on ne s’est même pas tapée dessus ahah !

J’ai eu l’impression que je comprenais mieux les américains que les canadiens lorsqu’ils s’expriment en anglais. De plus, j’avais l’impression de me faire mieux comprendre ! Où serait-ce simplement mon oreille qui se fait à la langue… ? Petit pas pour l’Homme, grand pas pour Juliette !

Que rajouter d’autres ? J’AI ÉTÉ AUX STATES LES GARS ! (je me force à le répéter… je n’y crois toujours pas…).

Une fin de semaine pas de tout repos

C’est vrai, j’ai eu la chance de visiter Montréal. Mais j’avais très envie de découvrir le Nouveau-Brunswick. Après tout, c’est ici que se déroule mon stage !

Après plus d’un mois où je vous bassine avec le Nouveau-Brunswick, Moncton et de multiples autres formidables endroits… J’ai enfin décidé de vous révéler sur une carte où je vivais.

Tu peux voir que le Nouveau-Brunswick est la toute petite province verte en dessous du Québec.

© Wikipédia (vous pouvez ne huer, je sais...)

© Wikipédia (vous pouvez me huer, je sais…)

Et moi je vis à Moncton. Tu vois le petit point rouge entre le détroit de Northumberland et la baie de Fundy ? Je suis en train de te faire coucou. Coucou ! Bon, arrêtons cette mascarade…

Enfin bref, cette fin de semaine, Gwenaëlle, Maud, Rebecca et moi-même avons décidé de découvrir cette riche province.

Pour parvenir à notre but ultime, nous avons loué une voiture (soit dit en passant, je n’ai loué qu’à une seule agence mais je vous conseille Enterprise  sur la Main street à Moncton. C’est pas très cher et plutôt confortable).

Et au menu nous avons décidé d’aller : à Hopewell Rocks, au Cap-Enragé, au parc national Fundy, à Shediac, à Bouctouche, au Pays de la Sagouine et au parc national Kouchibouguac !

Ici, les distances sont assez longues, pour aller d’un endroit à l’autre il y a souvent plusieurs centaines de kilomètres ! Au total on aura parcouru 600 kilomètres en deux jours.

Je vous laisse découvrir notre petit voyage en images…

Hopewell Rocks

Hopewell Rocks

Hopewell Rocks

Hopewell Rocks

Hopewell Rocks

Hopewell Rocks

Maud, Gwenaëlle et Rebecca à Hopewell Rocks

Maud, Gwenaëlle et Rebecca à Hopewell Rocks

Hopewell Rocks

Hopewell Rocks

Hopewell Rocks

Hopewell Rocks

Hopewell Rocks

Hopewell Rocks

Hopewell Rocks

Hopewell Rocks

Rebecca, Cap-Enragé

Rebecca, Cap-Enragé

Cap-Enragé : j’imagine que ce cap porte ce nom à cause des fortes bourrasques de vents. D’ailleurs, Rebecca a tenu a être prise en photo à cet endroit même, à l’abri du vent (« J’m’en fou j’suis au Canada ! »).

Marmotte, Cap-Enragé

Marmotte, Cap-Enragé

Nous avons aussi croisé une marmotte que Maud a originalement nommée Moncton.

Cap-Enragé

Rebecca et Maud, Cap-Enragé

Cap-Enragé

Cap-Enragé

Cap-Enragé

Cap-Enragé

À cette époque les parc nationaux du Nouveau-Brunswick ne sont pas ouverts. Mais il ne sont pas fermés non plus !

Bon ok, qu’est ce qu’elle veut nous faire comprendre encore ? En faite, si on se gare à l’extérieur du parc, il est possible de se rendre à pied sur les sentiers qui restent ouverts ! Ça fait une trotte mais on était ultra motivées : nous sommes parties pour le sentier des chutes de Dickson.

Parc national Fundy

Parc national Fundy

Parc national Fundy

Parc national Fundy

Parc national Fundy

Parc national Fundy

Parc national Fundy

Parc national Fundy

On a même franchi le sentier à travers un ruisseau. Mais puisque la neige fond, le niveau était un peu plus haut et non pied un peu plus mouillés !

Gwen et Rebeca, Parc national Fundy

Gwen et Rebeca, Parc national Fundy

Gwen, Parc national Fundy

Gwen, Parc national Fundy

Ensuite on a entendu comme un bruit de moto Harley Dadivson qui démarre… Plutôt étrange dans cet environnement. On s’est retournée et là, dans les bois, une espèce de perdrix ou de faisan battait des ailes et faisait un bruit presque indescriptible pour un animal… Amusées et effrayées à la fois, Gwen s’est approchée pour le photographier (moi mes photographies ne donnent rien, désolé), puis il est parti comme il était arrivé ! Autant l’avouer on a eu un peu les chocottes !

Parc national Fundy

Parc national Fundy

Le soir, on a voulu aller manger à Shediac, à environ 15 min de Moncton. Shediac est une petite ville très touristique l’été car c’est elle est connue comme étant la capitale du homard ! D’ailleurs à l’entrée de la ville on retrouve un homard géant : 5 mètres de hauteur, 11 mètres de long, plus de 50 tonnes et 3 ans de travail… Du coup avec Maud on s’est amusé !

Shediac

Shediac

Shediac

Shediac

Shediac

Shediac

Le lendemain, après une nuit bien méritée, on a fait escale à Bouctouche au Pays de la Sagouine. Mais tu sais tu ce que c’est ? La Sagouine est un personnage d’un roman de 1971. Autour de ce personnage, un univers à été créé et est animé chaque été ! Je te laisse visiter leur site internet, c’est loufoque et extraordinaire à la fois.

Le pays de la Sagouine

Le pays de la Sagouine

Puis on s’est baladé sur la dune de Bouctouche. Ahlala, non, ne t’imagine pas la dune du Pila ! La dune de Bouctouche est beaucoup beaucoup plus petite (elle me fait penser à un grand banc de sable…mais chut !).

La dune de Bouctouche

La dune de Bouctouche

La dune de Bouctouche

La dune de Bouctouche

La dune de Bouctouche

La dune de Bouctouche

La dune de Bouctouche

La dune de Bouctouche

Et puis BAM changement de décor, nous voici arrivées au parc national de Kouchibouguac. Téméraires, nous sommes parties pour les 3 km du sentiers Claire fontaine (c’était le seul ouvert et pas trop long) ! On l’a fait en 2 h ! La honte… En même temps nous ne sommes pas aperçues tout de suite que la neige n’avait pas fondue et plutôt que de rebrousser chemin, nous nous sommes aventurées un peu plus profond dans la neige…

Parc national de Kouchigouguac

Parc national de Kouchigouguac

Parc national de Kouchigouguac

Parc national de Kouchigouguac

Parc national de Kouchigouguac

Parc national de Kouchigouguac

Parc national de Kouchigouguac

Parc national de Kouchigouguac

Parc national de Kouchigouguac

Parc national de Kouchigouguac

Parc national de Kouchigouguac

Parc national de Kouchigouguac

Parc national de Kouchigouguac

Parc national de Kouchigouguac

Parc national de Kouchigouguac

Parc national de Kouchigouguac

Parc national de Kouchigouguac

Parc national de Kouchigouguac

Parc national de Kouchigouguac

Parc national de Kouchigouguac

Parc national de Kouchigouguac

Parc national de Kouchigouguac

Parc national de Kouchigouguac

Parc national de Kouchigouguac

Parc national de Kouchigouguac

Parc national de Kouchigouguac

Parc national de Kouchigouguac

Parc national de Kouchigouguac

On aurait peut être pas dû… Chutes sur chutes, les pieds gelés, on ne voyait même plus le sentier au sol ! Obligées de suivre les indications sur les arbres tels de réels aventurières… On a eu un peu peur quand on a entendu un bruit de bois (comme si c’était des cervidés qui se battaient)… Mais on a rapidement conclu que c’était un pic vert pour se rassurer. My god, je ne sentais plus mes jambes à partir des mollets…

Mais nous sommes rentrées vivantes.

Et on a été au café Archibald pour fêter ça !

Un sacré week-end, j’ai été super contente de découvrir certaines parties du Nouveau-Brunswick. Il me reste pleins de choses à voir (des conseils, d’ailleurs ?) !

Et puis la fin de semaine prochaine il paraît qu’on va faire de l’accrobranche. Je retourne en enfance, c’est génial !

Do you parler le chiac ?

« Ce moment when you start penser en deux langues at the same temps. » Ouais le chiac ça pourrait être ça… Mais non, c’est encore plus difficile !

À mon arrivée j’ai vraiment été surprise par l’accent de certains Néo-Brunswickois (les habitants du Nouveau-Brunswick pour les plus perspicaces) ! Il y avait certaines personnes que je comprenais à peu près et puis certaines… pas du tout ! Les pauvres, je les faisais répéter et je me sentais toujours un peu mal à l’aise car c’est du français avec un accent différent !

Donc le chiac, je dirais que c’est un mélange entre de l’anglais, du français et un patois. Et quel patois !

Chaque région du Nouveau-Brunswick a un accent un peu différent. De plus l’anglais et le français ne sont pas parlés partout. Le Nouveau-Brunswick est la seule province du Canada où l’anglais et le français sont deux langues officielles. Mais ces deux langues n’ont pas la même importance dans chaque région. Par exemple dans le Nord ou sur la côte on parle essentiellement le français. Mais au Sud ou dans les terres, c’est l’anglais qui est majoritaire (certainement car la frontière avec les Etats-Unis est plus proche) !

À Moncton, près de 30 % de la population est francophone. Mais une bonne partie de ces 30 % parle aussi anglais. Alors, devrait-on parler de population bilingue ?

Ici, c’est une question omniprésente. Et plus encore si on ajoute les problématiques liées à l’Acadie. Qu’est-ce que l’Acadie ? Qui est acadien ? Est-ce que les acadiens sont francophones ? Autant de questions sur lesquelles personne ne s’accorde vraiment.

D’après ce que j’ai pu comprendre, l’Acadie n’est pas un territoire clairement défini. Il est donc difficile de définir qui est acadien ou non. Alors pour simplifier, est acadien un francophone qui vit dans l’une des provinces Atlantique du Canada (Nord-est, nord-ouest et sud-est du Nouveau-Brunswick, quelques régions de la Nouvelle-Écosse, Île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve).

Si tu veux comprendre davantage : voici un petit paragraphe court bien expliqué.

Mèèèh… Revenons à nos moutons. (j’ai bien imité le bêlement du mouton n’est-ce pas ?)

Je vous rassure tout de même, le chiac, on s’y fait ! De plus, tout le monde ne parle pas le chiac ! Et avec du recul c’est assez marrant de caser un « so« , un « obviously » dans sa phrase ! J’me sens presque bilingue (la bonne blague) !

Quand j’ai passé ma fin de semaine à Montréal, j’ai remarqué que les québécois et les néo-brunswickois/acadiens n’avaient pas le même accent. J’avais l’impression que les québécois étaient plus faciles à comprendre… Étrange… Ou bien tout simplement mon oreille s’est faite aux accents d’ici…

Petit lexique :

  •  une tuque : un bonnet
  •  des flip flops : des tongues (cc Émeline qui utilisait déjà cette expression dans notre belle Bretagne)
  • des thongues : des strings
  • une culotte : un pantalon
  • une boisson : un verre alcoolisé
  • une liqueur : de l’eau pétillante
  • ma blonde : ma petit-amie (ce n’est pas du tout péjoratif)
  • mon cheum : mon petit copain
  • c’est plate : c’est nul, ennuyant
  • allo : salut

Autant vous dire que y’a quand même moyen de se planter ou de se faire mal comprendre !

Ici, le « tu » est utilisé plusieurs fois dans une même phrase : « tu veux tu que je vous apporte chez vous ? » veut dire « veux-tu que je te ramène chez toi ? »… On s’y fait assez bien !

Il y a un truc assez marrant aussi, beaucoup de jurons sont des mots issus des églises : tabernacle, jesus, god et j’en passe…

Oh et puis j’oubliais, j’vous avais pas dit que ma coloc était marseillaise ? Non, c’est pas qu’elle exagère les choses, mais ça nous fait pas mal d’accent différent !

*À tous les acadiens, néo-brunswickois ou canadiens… cet article n’a pas pour but de se moquer des francophones ou du chiac mais de montrer les différences qu’il peut y avoir avec le français.*

 

Ma fin de semaine à Montréal

(oui j’ai décidé de tout franciser, fin de semaine = week-end)

Pour Pâques, j’ai été 4 jours à Montréal avec Gwenaëlle, Rebecca et Maud. J’ai adoré ce voyage ! Et par où commencer pour le raconter ?

D’abord il faut savoir que le petit trajet Moncton/Montréal compte un peu plus de 10 heures de route. Tu irais pour 4 jours dans les Pyrénées petit Breton ? La notion de distance est très différente ici car tout est très voire très très loin ! Donc nous avons roulé plus de 20 h en 4 jours.

La dodge

La dodge

Pas mal la caisse hein ? Bon, je l’avoue ça fait très kékos mais je ne l’ai pas choisi, promis !

Départ de Moncton à 14 h 30, nous sommes arrivées à notre logement de Montréal vers 2 h 00 (du matin). Fatiguées, énervées de s’être perdue sans GPS dans Montréal et excitées en pensant au petit matin, on s’est aussitôt couchée.

Le lendemain, on a démarré tranquillement : visite du vieux Montréal et du vieux port.

Le vieux port

Le vieux port

Et qu’est-ce qu’il y a de vieux là dedans ? On m’explique ? Je suis sûre qu’on a loupé certains coins mais j’ai été un peu déçue car je m’attendais à quelque chose de plus vieux et plus mignonnet !

À midi, nous nous sommes toutes les 4 retrouvées (Maud et Rebecca ne logeaient pas avec nous) et nous avons filé, à pied, à La banquise !

Rassure toi, je ne vais pas détailler heure par heure ce que j’ai fait, vu, entendu et mangé à Montréal ! Quoique…

Enfin bref, La banquise est un restaurant qui propose plus de 30 sortes de poutines différentes. C’est tellement connu, qu’il faut faire la queue dehors pour avoir une table : nous avons attendu presque 45 min !

La banquise

La banquise

La banquise

La banquise

Elle a de la gueule ma poutine hein ? Oui, c’était excellent ! J’ai failli me laisser tenter par le pouding chômeur mais j’ai résisté avec volonté. C’est un dessert qu’il faut, apparemment, vraiment goûter. C’est typiquement Québécois !

Pour digérer, nous avons grimpé jusqu’au Mont-Royal : ça fait une trotte quand même ! Mais la vue était magnifique. On voyait tout Montréal : les églises coincées entres deux buildings, les endroits où on s’était baladé…

Mont-Royal

L’ascension vers Mont-Royal

Mont-Royal

Mont-Royal

Et au sommet, j’ai assisté à ma première demande en mariage ! Mais non pas pour moi : j’était en train de m’émerveiller devant la vue qui s’offrait à moi quand j’ai entendu un gros « YES ! ». Je me suis retournée et j’ai vu un couple s’enlacer. L’homme venait de se mettre a genoux et de demander sa bien-aimé en mariage. Cadre mignon pour une demande en mariage, n’est-ce pas ? Ensuite, ils sont rentrés en courant (non pas qu’il était pressé de l’annoncer mais ils faisaient leur jogging, à la base !).

Sinon j’ai fait quoi d’autre ?

J’ai fait de la balançoire musicale (oui oui !), j’ai pris un brunch avec Marine, je me suis baladée avec Éva et Benjamin, j’ai été au biodôme et au jardin botanique, j’ai mangé à Juliette et Chocolat, j’ai été vivre l’ambiance d’un match de hockey dans un bar, j’ai assisté à un magnifique karaoké… Et j’ai même pas eu le temps de faire les magasins !

Balançoires musicales

Balançoires musicales

Balançoires musicales

Balançoires musicales

Magasins de Noël

Magasin de Noël

Brunch

Brunch

Biosphère, parc Jean Drapeau

Biosphère, parc Jean Drapeau

Parc Jean Drapeau

Parc Jean Drapeau

Lynx, biodôme

Lynx, biodôme

Biodôme

Biodôme

Biodôme

Biodôme

Papillons en liberté, biodôle

Papillons en liberté, biodôme

Papillons en liberté, biodôle

Papillons en liberté, biodôme

Jardin botanique, jardin de Chine

Jardin botanique, jardin de Chine

Juliette et chocolat

Juliette et chocolat

Ça a été un week-end vraiment super ! Fatiguant, mais en 4 jours j’ai eu l’impression de faire le tour. Il faut dire que c’était pas encore l’époque des concerts, festivals. Mais on fait avec et j’ai beaucoup apprécié la ville, les gens avec qui j’ai passé la fin de semaine et ça m’a fait plaisir de passer des moments avec la team de Moncton mais aussi des personnes de France !

Au retour, nous avons fait escale aux chutes de Montmorency, à Québec. Un peu plus de 80 mètres de hauteur : c’était impressionnant ! Gelé, l’hiver, ça doit être magique…

On a même aperçu un arc-en-ciel !

Chute de Montmorency, Québec

Chute de Montmorency, Québec

Chute de Montmorency, Québec

Chute de Montmorency, Québec

Chute de Montmorency, Québec

Chute de Montmorency, Québec

Chute de Montmorency, Québec

Chute de Montmorency, Québec

Chutes de Monmorency

Chute de Monmorency